Syndicat FO des Instituteurs et Professeurs des Écoles du Lot
UD FO 46 Bourse du Travail, Place Rousseau 46000 CAHORS
Tel : 06 63 95 44 27 |



snudi.fo46@gmail.com


Rapport de la cour des comptes sur la gestion des enseignants : la boîte à outils du ministre Peillon ?
Publié; le 26 mai 2013 | snudi FO 46

La Commission exécutive de la FNEC FP-FO a pris connaissance du rapport de la Cour des comptes « gérer les enseignants
autrement ».

En tous points, ce rapport constitue un rappel de toutes les consignes et directives données depuis plusieurs dizaines
d’années aux ministres de l’Education nationale.

Qu’il s’agisse de « dégraisser le mammouth » ou appliquer la RGPP, qu’il s’agisse de maîtriser la dépense publique ou de
mettre en oeuvre l’austérité ou la rigueur, les directives sont identiques : elles sont toutes inspirées directement par les
institutions internationales de la troïka (BCE, FMI, Union Européenne) !

La Cour des comptes enjoint au ministre de diminuer massivement le nombre de postes dans tout le ministère de
l’Education nationale : pour cela, il faut tailler en pièces les statuts de tous les personnels enseignants, de tous les corps de
fonctionnaires.

La Cour des comptes confirme la feuille de route que s’est donnée le ministre Peillon : compléter sa loi de refondationterritorialisation
de l’école par un acte II de la refondation, mettre en adéquation les « métiers » et les statuts, c’est-à-dire
casser les statuts.

Voilà qui éclaire le projet d’accord de méthode sur les mesures catégorielles soumis à la signature des organisations
syndicales qui prévoit l’ouverture de discussions sur la refonte du statut des enseignants.

La Cour des comptes et le ministre, qui sur l’essentiel vient d’approuver le rapport, envisagent de modifier les obligations
réglementaires de service des enseignants : annualiser le temps de travail et élargir les missions, adapter les règles de
recrutement à la territorialisation de l’école, modifier les mutations nationales effectuées sur une base égalitaire, instituer
l’évaluation collective des enseignants, imposer la bi-valence aux professeurs dans les collèges, confirmer toutes les
mesures de l’école du socle de compétences…

Pour la FNEC FP-FO, le ministre serait bien inspiré de rejeter les préconisations du rapport de la Cour des comptes et de
renoncer à son acte II de la refondation s’attaquant aux statuts des personnels. Pour les mêmes raisons, Madame Fioraso
devrait renoncer à son projet de loi sur l’enseignement supérieur.

Ce dont l’école publique a besoin, c’est de rester nationale et républicaine et que soit confirmé et conforté le statut de
fonctionnaire d’Etat de tous les personnels enseignants et non enseignants de l’Education nationale et de l’Enseignement
supérieur.

La FNEC FP-FO appelle tous ses syndicats à multiplier les réunions d’information auprès des personnels pour les alerter
sur la réalité des intentions du Ministre en matière de remise en cause des garanties statutaires, à l’exemple des 1000
instituteurs réunis à Paris avec leurs organisations syndicales..

Salaires, retraites, statuts et conditions de travail, le gouvernement s’est mis « dans la seringue de l’austérité » et aucun
des aspects de sa politique n’y échappe.

Le rapport de la Cour des comptes n’a qu’une vertu : il réduit à néant les alibis
pédagogiques de tous les promoteurs des pseudo-réformes qui accablent l’école publique et ses maîtres !

cale




SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo